Pour les enquêtes contacter » +255-27 2970430

Justice Sylvain Ore

Juge Sylvain Oré (Président) - Côte d’Ivoire

Originaire de Côte d’Ivoire, le Juge Sylvain ORÉ a été élu Président de la Cour africaine des droits de l’homme et des peuples (Cour africaine) le 5 septembre 2016 pour un mandat de deux ans. Elu une première fois comme Juge à la Cour en 2010 pour un mandat de quatre ans, il a été réélu en 2014 pour un second mandat de six ans.

Après une Maîtrise en droit et un Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat (CAPA) obtenus à l’Université d’Abidjan–Cocody, il a été admis comme Avocat au Barreau de Côte d’Ivoire. Il est en outre détenteur d’un Diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en droits de l’homme délivré conjointement par l’Université d’Abidjan–Cocody et l’Institut de la Dignité et des Droits Humains du Centre de Recherche et d’Action pour la Paix d’Abidjan et d’un Diplôme en droits économiques, sociaux et culturels du Collège Universitaire Henry Dunant de Genève en Suisse. Il a par ailleurs été lauréat du concours d’éloquence des avocats organisé par le Barreau de Côte d’Ivoire en 2001 et à l’issue duquel il s’est vu décerner le prestigieux titre de « Secrétaire de Conférence ».

Dans le cadre de la formation continue, le Juge ORÉ a participé à différents programmes de haut niveau, notamment dans les domaines du contentieux des droits de l’homme (Cour de justice de la CEDEAO, Abuja–Nigéria), du droit international des droits de l’homme (Institut International des Droits de l’Homme, Strasbourg–France) et du droit international de la mer (Fondation Internationale pour le droit de la mer, Hambourg–Allemagne).

Auteur d’un mémoire de spécialisation de troisième cycle universitaire sur « La protection des droits de l’homme par la Cour de justice de la Communauté Économique des États de l´Afrique de l´Ouest (CEDEAO) », il prépare une thèse de doctorat à l’Université Paris 1 Panthéon–Sorbonne sur les perspectives de complémentarité et de concurrence entre la Cour africaine et la Cour de justice de la CEDEAO dans la protection des droits de l’homme en Afrique.

Motivé par son intérêt renouvelé pour le développement du droit, le Juge ORÉ s’est également impliqué dans les activités académiques. Il dispense ainsi des cours et prononce des conférences sur différentes thématiques relatives aux droits humains comme ce fut le cas à l’Université Luiss Guido Carli (Rôme–Italie), à l’Université de droit Rajiv Gandhi (Punjab–Inde) ou à l’Institut International des Droits de l’Homme (Strasbourg–France).

C’est dans ce même cadre qu’il faut placer sa participation à titre d’expert orateur ou formateur à diverses initiatives sur des questions liées, entre autres, à la justice pénale internationale en Afrique, à l’Etat de droit et à la justice transitionnelle, au droit au recours effectif, à la jurisprudence des droits de l’homme en Afrique et aux mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits de l’homme. Par ailleurs, il a pris part comme formateur à plusieurs activités de renforcement des capacités à l’intention des avocats, juges et organisations de la société civile provenant de diverses régions du continent.

 


KiokoJuge Ben Kioko (Vice Président) - Kenya

Le Juge Ben Kioko a travaillé au service juridique de l'OUA/UA à diverses fonctions, avant de devenir Conseiller juridique de la Commission de l'Union africaine entre 2001 et juillet 2012. Comme Conseiller juridique principal de la Commission, il a exercé les fonctions de dépositaire des traités de l’OUA/UA, et a supervisé la rédaction de traités et accords, contrats et de la préparation des rapports à soumettre au Conseil exécutif et à la Conférence de l'Union.

Au niveau du service juridique, Juge Ben Kioko a organisé des réunions annuelles entre les conseillers juridiques de l'UA et les CER et a mis en place des accords de collaboration avec les conseillers juridiques des interlocuteurs de l’UA, en particulier ceux du système des Nations Unies (ONU), de l'Union européenne (UE), de l’Organisation juridique consultative des pays d’Asie et d’Afrique et d'autres organisations internationales.

Il a également participé à la conception, à la rédaction et à la négociation des traités adoptés sous l'égide de l'OUA/UA depuis 1994 et à l'opérationnalisation des organes établis suite à ces traités, y compris ceux relatifs aux organes judiciaires de l'OUA/UA. Il a également contribué à la rédaction et à la négociation de divers instruments relatifs aux droits de l'homme, notamment ceux relatifs à la lutte contre la corruption, aux droits de la femme, à la démocratie, à la gouvernance et aux élections, ainsi qu’à l'architecture de l'Acte constitutif et des Statuts du Conseil économique et social visant à faire participer les peuples africains au travail de l'UA.

En ce qui concerne la Cour africaine des droits de l'homme et des peuples, Juge Ben Kioko a fait partie du groupe initial qui a préparé la décision de la Conférence en 1994 sur la création de la Cour, après des réunions à Addis-Abeba et à Genève pour lancer le premier projet de Protocole. Il a ensuite convoqué toutes les réunions d'experts et de Ministres de la Justice avant l'adoption du Protocole par le Conseil exécutif et la Conférence.

Juge Ben Kioko est Membre du Groupe consultatif sur la mise en œuvre du projet de normes en matière de droits de l'homme, du Centre de mise en œuvre des droits de l'homme, Faculté de droit, Université de Bristol, (Royaume-Uni), membre du comité de rédaction, Commonwealth Law Journal, Secrétariat du Commonwealth, Londres, (Royaume-Uni) et membre associé de Chartered Institute of Arbitrators.

Contact

Information générale
Téléphone:+255-272 970 430
Email:registrar@african-court.org
         info@african-court.org

Adresse physique
Cour africaine des droits de l'homme et des peuples
Mwalimu Julius Nyerere Conservation Centre
Dodoma Road
P.O. Box 6274 Arusha, Tanzanie